Saxophone & Electronique | Concert & Ateliers


affiche 15octSi vous souhaitez participer au cycle d’ateliers de composition sur la thématique « saxophone & électronique » en compagnie d’Amaury & Jérôme, c’est l’occasion de prendre contact avec nous autour d’un verre.
Nous discuterons de vos envies dans le cadre de ces ateliers. Que vous soyez artiste dans une autre discipline, musicien aguerri ou débutant, ces ateliers ont pour but l’émulation, la découverte et le soutien lors du processus de création.
Les premières séances commenceront en novembre et finiront au printemps par la création en concerts des résultats des ateliers.

Amaury Geens s’intéresse à la musique dès ses 4 ans. Il poursuit sa passion au sein des conservatoires Royal de Mons (Arts2) et Départemental de Saint-Quentin (Fr). Actuellement, il se spécialise au conservatoire de Gand dans un post master en musique contemporaine dirigé par Ictus et Spectra.
Il s’implique beaucoup dans la création d’œuvres contemporaines, depuis 2014, il est le saxophoniste de l’ensemble LAPS. Il s’investit également dans le répertoire baroque et original pour saxophone. En 2016, il a eu l’occasion de se produire en soliste avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.
Depuis septembre 2017, il enseigne le saxophone à l’académie de musique de Woluwe-Saint-Pierre. Actuellement, il développe une extension du saxophone avec des pédales de guitare électrique et prépare plusieurs projets pour 2018.

Programme :

Terry Riley (1935) : Un des fondateurs de la musique répétitive et compositeur majeur de la musique classique aux Etats-Unis. Outre ses études aux Etats-Unis, il étudia également le chant classique indien en Inde. Durant les années 60, il voyage en Europe et absorbe de nouvelles influences musicales. Entre autres, en jouant du piano avec Daevid Allen (Soft Machine). C’est à cette époque qu’il commence les All-Night Concerts où il improvise du soir au matin avec un vieil harmonium et un saxophone couplé à un enregistreur magnétique modifié permettant de repasser en boucle, avec un retard, le son immédiatement enregistré ; à ces concerts les auditeurs apportent sacs de couchage, hamacs et toute leur famille.

Dorian Reeds (1966) : Monument historique de l’époque psychédélique qui apparaît sur le premier disque de Terry Riley en 1966. Elle est issue des premières expériences menées dès 1963 sur la mise en boucle de bandes magnétiques exploitant l’effet de décalage, expériences à propos desquelles le compositeur parle d’un « accumulateur de décalage ». La partition a été reconstruite par Ulrich Krieger.

Geoffrey François (1978) : A étudié la composition avec Claude Ledoux (CR de Mons), Thierry Blondeau (Musicalta) et Francis Courtot. Il est titulaire d’un master en musicologie (mémoire sur le Théâtre musical d’Aperghis) et d’un prix d’écritures musicales au CNR de Lille où il fut élève de Vincent Paulet. Attentif à la perception, sa musique propose la découverte d’un élan de vie par l’écoute. Elle se caractérise par une approche sociale et un travail formel basés sur le geste sonore, notion qui l’amène hors des esthétiques définies à concevoir des dispositifs spécifiques pour chaque projet. Son expérience de régisseur l’amène à une attention particulière aux arts scéniques. Il collabore régulièrement avec les poètes Ludovic Degroote et Charles Pennequin. Depuis 2013, il est sound manager de l’ensemble Laps.

Couleurs bout à bout (2009) : Dans mon travail, j’aime à magnifier l’écoute et l’énergie. Couleurs bout à bout (titre tiré d’un recueil du poète Ludovic Degroote) va une fois de plus dans ce sens. C’est une pièce satellite du cycle Ciels (dix pièces pour saxophone & électronique) en cours d’écriture.

Hugues Claessens (1977) : N’est “pas un amateur de biographie”. Mais s’il faut jalonner son parcours en musique : Il a d’abord travaillé dans l’acoustique et le support technique. Puis il a étudié la composition avec Claude Ledoux et les écritures classiques avec J-P Deleuze au Conservatoire Royal de Mons. Pour le moment, il travail dans l’enseignement musical jusqu’à ce qu’une prochaine étape musicale l’appelle…

Rituel (2011) : Cette pièce met en scène une sorte de rituel shamanique imaginaire, au cours duquel l’initié atteindrait un état de conscience altéré afin de devenir l’intermédiaire entre l’Homme et le monde des esprits. L’interprète est accompagné d’une bande-son construite entièrement à partir d’un unique sample de saxophone, répété et transformé de façon continue par des procédés de delay, filtrage, distortion, granulation et feedback numérique.

Jérôme Monet (1981) : Diplômé en philosophie, communication et musicologie, il profite de ce cursus pour étudier la musique en parallèle et au travers de ses mémoires ; période où il intègre l’ADEM. Il s’est formé à la composition lors de séminaires non-institutionnels. La joie que lui apporte l’étude de la musique se développe dans un intérêt pour la transmission qui se manifeste entre autres par sa volonté d’ouvrir le dialogue avec le public lors des concerts… Il développe des activités d’improvisation libre et est vidéaste sous le nom de Le Cave.

Etude pour looper (2017) : Issue d’une bande sonore réalisée pour les ouvertures de concerts du groupe Quiet. Le thème se développe ici à partir des possibilités d’une pédale de boucle (looper). La partition propose des moments d’improvisation de plus en plus libre… Il s’agira de la première interprétation en public de la pièce.

Ademisme 7 (2014) : Composé pour et en collaboration avec la hautboïste Claire Meynet-Cordonnier. La pièce repose sur des spécificités du hautbois (intensité, timbre…). Le fil rouge tourne autour du contraste et du clair(e)-obscur(e).


 

Share Button

Cécile Broché joue Jérôme Monet

Ces deux musiciens se sont rencontrés lors de sessions d’improvisations. Pour ce projet, Cécile Broché interprète des compositions de Jérôme Monet adaptées pour violon électrique. C’est aussi l’occasion pour eux de dialoguer avec le public sur le programme, les spécificités du violon électrique et l’improvisation.

Share Button